Nouvelles du groupe

Semaine 30
RSS
En apprentissage ou en formation continue - Inscription au Master 2 Matériaux avancés et management Industriel

Objectifs de la formation

L’objectif de cet enseignement est de former des chefs de projets "Matériaux" pour l’industrie manufacturière. Il vise à donner de bonnes connaissances dans un large domaine de matériaux et la capacité d’entreprendre une démarche industrielle d’innovation, de qualité coût et management de projets.

Métiers cibles

Ce master propose une formation unique qui répond à une attente industrielle locale et nationale de double compétence : scientifique (matériaux et ingénierie) et tertiaire (management industriel). Il en est ainsi des postes où une excellente insertion dans le milieu industriel (démarche et vocabulaire du monde professionnel) associée à des compétences de bon niveau dans les domaines des matériaux sont essentielles: fonctions de gestion de projet pour des produits nouveaux, de gestion de fournisseur, d'implémentation qualité, de démarche d'optimisation de production, etc.,

Conditions d'admission

Niveau requis : Le master M2 « Matériaux avancés et Management Industriel » est la deuxième année du Master « Sciences des matériaux » organisé conjointement par le Cnam et l’Université Paris-Saclay (cohabilitation). Le niveau requis pour suivre cette deuxième année est celui du Master M1 « Sciences des matériaux » dont on trouvera les programmes sur le site de l’université Paris-Saclay.

Diplômes requis : Le master M2 « Matériaux avancés et Management Industriel » est ouvert aux candidats titulaires d’un des diplômes suivants:

  • Master M1 en sciences des matériaux
  • Diplôme de niveau équivalent correspondant à 240 crédits européens et intégrant une formation de base en matériaux.

La validation d’un niveau reconnu équivalent ou d’acquis liés à l’expérience professionnelle et aux travaux personnels des candidats, s’effectue sur proposition de la Commission Pédagogique du Cnam.

Dépôt du dossier

Les candidatures doivent être déposées sur le site internet de Paris-Saclay avant le 29 juillet 2017 :

https://apply-tc.ecp.fr/

en candidatant au Master Matériaux Avancés et Management Industriel.

Ou par dépôt de dossier soit sous forme papier à l’adresse suivante :

Laboratoire Matériaux Industriels

2 rue Conté, Accès 35, RdC

75003 Paris

Ou par mél à l’adresse suivante : secretariat.mami@cnam.fr

Pièces à joindre impérativement : tout dossier incomplet ne sera pas traité

  • Un CV détaillé : Une attention particulière sera apportée à l’expérience professionnelle acquise au cours des stages et des missions d’apprentissage (dates, objet et résultats)
  • -Une lettre de motivation indiquant votre projet professionnel post master
  • Une photocopie des derniers relevés de notes de l’année L3 et du 1er semestre M1.

Convocation à l’entretien

Les candidats retenus pourront potentiellement être convoqués par courrier électronique pour un entretien au Cnam de Paris.

L’admission définitive est prononcée après délibération du Jury et sera communiquée exclusivement par courrier électronique.

Pour les candidats à la formation en apprentissage, l’admission définitive est soumise à l’obtention d’un contrat d’apprentissage au plus tard le 12 octobre 2017. Il est donc vivement conseillé aux candidats à la formation en apprentissage d’entreprendre dès le mois de mars les démarches pour trouver une entreprise partenaire.

Passerelle vers le diplôme d'ingénieur Cnam

Pour ceux des étudiants qui le désirent, la préparation du diplôme d'ingénieur Cnam est envisageable grâce à une passerelle permettant la dispense d’une partie importante du cursus de ce diplôme.

Contenu de la formation

Le marché des matériaux avancés, celui sur lequel s'appuie l'innovation, inclut aussi bien des matériaux résolument nouveaux (certains composites, des matériaux intelligents, …) comme des matériaux apparemment plus traditionnels mais fortement améliorés (par ex. GLARE pour l'aéronautique, nouveaux aciers pour l'automobile) et représente une composante essentielle de la compétitivité nationale. De plus, il est confronté aujourd’hui à la préoccupation permanente de la réduction drastique des coûts de production. Un enseignement sur les matériaux avancés ne peut donc se comprendre qu’en appui d’une formation plus générale.

Dans ce cadre, nous nous proposons de former des intégrateurs ayant le point de vue de l’architecte, chef de projet, innovant par les matériaux. Nous nous efforçons, dans cette formation, à enseigner l’optimisation d’un produit par les matériaux et les procédés de mise en œuvre appropriés jusqu’à la conception du produit voire sa maintenance et sa durabilité.

Les aspects économiques sont sous-jacents comme le montre le détail du programme de la deuxième année, lequel comprend 390 heures d'enseignement répartis sur 5 mois et une mission en entreprise (stage continu de 6 mois pour les élèves inscrits en formation initiale et des périodes d’alternance totalisant 6 mois minimum en entreprise, pour les étudiants en formation en alternance). Ces aspects économiques existent également en première année avec une moindre acuité, pour laisser une place plus large aux enseignements scientifiques.

Des enseignements à options complètent la formation en fonction des acquis de chaque étudiant.

L’ouverture au monde industriel est initiée par un cycle de conférences données par des intervenants industriels.

Programme du master M2

La formation académique comprend 8 unités d'enseignement (UE), elles-mêmes divisées en matières et suivant les cas en sous-matières. 

Localisation et calendrier

Calendrier prévisionnel 2016 – 2017 et périodes de l’alternance 2 semaines – 2 semaines

Rentrée : 30 septembre 2017 (le lieu et l’heure à préciser)

Les cours ont lieu essentiellement au Cnam– Paris : 292 rue Saint Martin – 75003 Paris.

L’année universitaire est divisée en plusieurs périodes constituées de blocs de formation académique (de type A) ou de blocs de formation en entreprise (de type E). La répartition schématique est donnée ci-dessous.

Formules et périodes de la formation en apprentissage :

- Première formule : Alternance de séquences académiques et en entreprise au rythme moyen de 2 semaines. La soutenance du mémoire de mission aura lieu en septembre 2017.

FORMATION EN ALTERNANCE 2 semaines – 2 semaines – Semestre 1
voir le calendrier

Le deuxième semestre fonctionne sur la même logique avec une alternance 2 semaines – 2 semaines L’année scolaire s’achève avec une semaine d’examen du 26 juin 2018 au 7 juillet 2018. La fin de l’alternance est ensuite dépendante de la fin du contrat et la soutenance du mémoire se fait pendant le mois de septembre 2017.

- Deuxième formule possible à la demande de l’entreprise : Alternance de séquences académique et en entreprise au rythme de 6mois-6mois

- Semestre 1 (à partir du 2 octobre 2017) : séminaires industriels et cours

- Semestre 2 séquence industrielle (6 mois) à partir de mi février 2018

- Septembre 2018 : soutenances des mémoires de stage

Evaluation

  • Examens partiels, finaux et mini projets pour chaque matière
  • Mémoire et soutenance correspondant au stage industriel ou à la mission d’apprentissage
  • Evaluation de l’activité professionnelle par l’entreprise
le 29/07 à 5:45
Semaine 29
RSS
Le premier comptoir Cnam installé aux îles Marquises

L’une des missions du Cnam est de rendre accessible l'enseignement supérieur à tou·te·s et partout, conformément à sa devise « omnes docet ubique ».

C'est dans cet objectif, qu'Olivier Faron et Benoit Kautai ont signé une convention portant création du premier comptoir Cnam, à Taiohae, commune principale de l’île de Nuku-Hiva située au cœur de l’archipel des Marquises en Polynésie française.

À la fois points d’accueil, d’orientation, de pré-inscription et centres d’examen délocalisés, les comptoirs Cnam seront déployés sur les cinq archipels de la Polynésie française pour permettre aux populations isolées de suivre des unités d’enseignement, principalement via la formation ouverte à distance (Foad).
le 21/07 à 5:45
le 21/07 à 5:45
Thierry Horsin, élu président de la Société de mathématiques appliquées et industrielles

Depuis début juillet, Thierry Horsin a succédé à Fatiha Alabau, professeure à l'Université de Lorraine à la tête de la SMAI, société savante créée en 1983 qui, conjointement à la Société française de statistique et la Société mathématique de France, représente actuellement la communauté mathématique française.

Composée de quelque 1 200 membres, elle regroupe des spécialistes et chercheur·euse·s couvrant l’ensemble du spectre des mathématiques appliquées : du calcul scientifique à l’analyse d’images, en passant par les modélisations du vivant. Sa vocation est « de contribuer au développement des mathématiques appliquées à travers la recherche, les applications dans les entreprises, les publications, l’enseignement et la formation des chercheurs et ingénieurs. » À ces initiatives s’ajoute aussi une volonté nouvelle de participer et d’encourager des actions de formation continue.

le 20/07 à 5:45
Vitré - Se former au numérique, même sans diplôme!

Son objectif ? Apporter une culture du Web : «On n’apprend pas à faire du codage, mais de la création et de la communication numérique!», précise Francine Bernier, conseillère au Cnam. La formation vise à comprendre le fonctionnement des sites et des réseaux sociaux : « elle permet d’acquérir un socle de compétence », poursuit Francine Bernier.

Proposée par la Maison de l’emploi, de l’entreprise et de la formation (Meef) et le Cnam (Conservatoire national des arts et métiers), cette formation diplômante a deux rôles: permettre aux personnes en difficulté d’insertion de trouver un emploi et répondre aux besoins numériques des entreprises. « Les TPE et PME n’ont pas toujours le temps de s’occuper de leur communication Web », constate Sandra Courois, directrice de la Meef et de Pôle emploi.

Une première à Vitré

Ce diplôme est inédit sur le territoire : «c’est une opportunité, il n’y a aucune formation dans le domaine du numérique, pour adultes, à Vitré», souligne Sandra Courois. «Nous sommes en pleine révolution digitale, il faut prendre le train en marche!»

La formation en apprentissage débute le 6 novembre 2017. Gratuite et non-rémunérée, elle dure six mois (dont quatre en entreprise) et débouche sur une qualification de niveau IV, soit le niveau du baccalauréat. Après le diplôme, deux voies sont possibles : continuer vers l’enseignement supérieur ou chercher un emploi. Selon Sandra Courois : «la formation au numérique est un vrai plus dans la recherche d’emploi».

Douze places disponibles

Douze places sont proposées pour cette première année. Pour postuler à la formation, pas besoin de diplôme, ni même d’un baccalauréat. La formation s’adresse aux jeunes qui ont décroché du système scolaire, aux demandeurs d’emploi ainsi qu’aux personnes en reconversion. Pas d’âge requis non plus : « on accepte les jeunes et les moins jeunes », indique Francine Bernier.

Pour postuler, le Cnam demande une lettre de motivation et un CV. Des réunions d’information se dérouleront en septembre et octobre 2017.

le 18/07 à 5:45
Changement d'adresse - Retrouver le Cnam en Polynésie française au lycée hôtelier et du tourisme de Tahiti

Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 17h30 pour l’accueil du public

et de 16h30 à 21h en semaine et le samedi matin pour les cours du soir.

Tel.:  40 43 25 44

Par ailleurs, les inscriptions pour l’année universitaire 2017-2018 commencent dès à présent.

Cnam Polynesie française

le 18/07 à 5:45
Semaine 28
RSS
Métiers du spatial : le Cnam signataire d’un projet de transition active entre formation et monde professionnel

Parmi ces derniers, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) et l’Université de Montpellier représentent les institutions de formation françaises au sein de cet accord, qui engage également l’École polytechnique fédérale de Lausanne, l’Institut royal de technologie (KTH) de Stockholm, l’Université La Sapienza de Rome, l’Université polytechnique de Madrid et l’institut Von Karman de Bruxelles.

Le Conseil des Parties, dont Francesco Grasso fait partie en tant que représentant du Cnam, est chargé de la mise en œuvre de l’accord, qui a pour objectif de mettre en place un partenariat éducatif pour organiser et structurer la transition de la formation au monde professionnel.

Pour ce faire, différents appels à projets, financés par les industriels, seront lancés. Chaque projet prévoie la constitution d’une équipe international (« Advanced Student Team Research in Space Industry », ASTRI) incluant au minimum cinq étudiants provenant de trois universités signataires. Sur une période de dix-huit mois cette équipe travaillera sur une problématique technique prioritaire, liée à l’évolution du secteur et identifiée par un des partenaires industriels. Les six premiers mois pourront être intégrés aux recherches et travaux menés dans le cadre d’un mémoire de fin d’étude. Les douze mois suivants seront réservés à la recherche de solutions pratiques. Pendant cette dernière période, les élèves seront directement intégrés aux équipes industrielles.

Ce programme, dont le premier cycle sera lancé au tout début 2018, donnera accès à un certificat reconnu par les acteurs parties prenantes à l’accord, le Distinguished Certificate of Excellence and Experience.

Cet accord prévoit une première phase d’évaluation couvrant quatre années académiques, jusqu’en 2020-2021. Au terme de chaque année académique, de nouveaux acteurs industriels et éducatifs seront admis à intégrer cet accord pour en renforcer l’impact.

le 12/07 à 5:45
Le Cnam et le Palais de la Porte Dorée signent une convention centrée sur l’étude des phénomènes migratoires

Les deux établissements ayant à cœur de répondre à la demande sociale de connaissance, de réflexion et de débat sur la question des migrations, ils définissent par cette convention quatre thématiques de travail autour desquelles ils entendent organiser leurs actions conjointes: Travail, industrie et migrations; Migrations des individus et innovation; Travail social et migrations; Migrations et discriminations.

Les actions envisagées par les deux établissements se déclinent en trois domaines d’intervention principaux :

L’accueil privilégié des auditeurs du Cnam au sein du Palais de la Porte Dorée : visites des expositions, invitation à la programmation culturelle, débats, accueil personnalisé à la médiathèque Abdelmalek-Sayad.

L’interaction dans des activités de recherche, formalisée par des manifestations scientifiques et cycles de conférence conjoints, pouvant donner lieu à des publications et communications communes. Est également prévu l’enrichissement réciproque des fonds des bibliothèques du Cnam et de la médiathèque du Musée d’histoire de l’immigration par les ouvrages édités par chaque établissement portant sur les thématiques de travail définies par la convention.

La coproduction de projets culturels portant sur ces mêmes thématiques : expositions, programmation artistique, culturelle et citoyenne, avec la possibilité de faciliter les prêts issus des collections de chacun des établissements pour leurs expositions temporaires respectives.

Cette convention formalise la volonté des deux établissements de renforcer la compréhension par tous des phénomènes migratoires, en dehors des automatismes de pensée favorisés par une analyse superficielle de certains évènements. Cela se traduira par la mise en place du cycle de conférences, «Migrations, réfugiés, exilés», organisé dès le mois d’octobre 2017, et faisant écho au colloque organisé le 27 juin 2016 par le Cnam, sur la question de l’accueil et de l’accompagnement des migrants.

Ce nouveau cycle de conférences proposera de croiser les regards de chercheurs, de personnalités associatives et de responsables d’institutions en charge des migrants et des réfugiés, pour étudier les mouvements de population, volontaires ou contraints, questionner les effets des contacts entre migrants et sociétés, et tenter de rappeler, in fine, que l’Europe, qui doit aujourd’hui relever le défi du sens de ses valeurs d’hospitalité, s’est construite comme une communauté ouverte de destins et de savoirs.

le 11/07 à 5:45
Inauguration du premier centre Cnam en Chine

Il accueillera dès la rentrée prochaine des élèves inscrits dans la première des quatre années de Licence « Sciences de l’ingénieur », première année consacrée à l’apprentissage renforcé de l’anglais et du français. Cette formation, dispensée dans les filières mécanique, informatique et télécommunication, donnera accès à un double diplôme Cnam-DGUT.

Cet institut est le résultat d’un long et patient travail effectué par le Cnam et la DGUT, débuté en novembre 2014 par la signature d’un accord portant création de l’Institut franco-chinois
DGUT-Cnam. Cette signature a été suivie de nombreux échanges entre enseignant·e·s-chercheur·euse·s des deux établissements, menant à la co-construction d’un projet pédagogique et de recherche présenté au ministère chinois de l’Éducation nationale (EN) en 2016.

Le 18 novembre 2016, l’administrateur général du Cnam, Olivier Faron, se rendait personnellement au ministère chinois de l’EN pour défendre ce projet, finalement accrédité le 27 février 2017. Jusqu’au 31 décembre 2029, cet institut est ainsi autorisé à recevoir jusqu’à 300 élèves par an, dont les premiers sont attendus dès le mois de septembre.

L’Institut franco-chinois DGUT-Cnam est plus qu’un nouveau centre à l’étranger pour le Cnam, lui permettant de proposer, en dehors de ses frontières, son savoir-faire en termes de formation d’ingénieurs et de formation tout au long de la vie, en adéquation avec les demandes des entreprises ou les aspirations de chacun. Situé dans une province économiquement dynamique, dans une ville à mi-chemin entre Canton et Hong-Kong, il constitue surtout une preuve supplémentaire que l’expertise de l’établissement est prisée par les partenaires étrangers, y compris les plus exigeants. L’expertise du Conservatoire, ainsi que le modèle de co-développement qu’il propose, le positionne ainsi comme l’opérateur de référence en ingénierie de formation, notamment dans les pays émergeants comme la Chine, le Sénégal ou la Jordanie.

Cnam Chine

le 11/07 à 5:45
Semaine 27
RSS
RES#02 - Recherche en visualisation de données - Visualiser l’action !

En savoir plusEntrée sur inscription gratuite

L’axe retenu est Visualiser l'action ! Aussi, reviendra-t-il à cette occasion de traiter des apports de la visualisation de données pour l’effectuation et l’appréhension de l’action.
L’objectif premier de cette rencontre scientifique sera de discuter de manière croisée de la pertinence (performance, efficacité et efficience) et de la prégnance (cognitive, visuelle, perceptive, esthétique) des techniques, méthodes, procédés et formalismes (idiomatiques ou non) de visualisation de données usités en fonction de différents contextes et situations d’action.

A l’instar de la première édition, RES#02 accueillera des designers, ingénieurs, chercheurs et experts d’horizons divers témoignant de leur propre expérience dans le champ de la visualisation de données. À cette occasion, ils signaleront les principaux enjeux et perspectives actuels (opportunités, défis) et préciseront, par là même, les questions et problèmes auxquels ils s’attèlent à trouver réponse/résolution.

En savoir pluswww.res-conference.com

PROGRAMME

  • 9h - Accueil des participants
     
  • 9h30 - Introduction à la conférence
    David Bihanic et Pierre-Henri Cubaud
     
  • SESSION 1 - Visualiser pour agir, visualiser son activité
    Présidents de session : Pierre-Henri Cubaud et Nicolas Roussel

    9h45 - Le rôle de l’alphabétisation à la visualisation et à la prise de décision 
    Jean-Daniel Fekete, Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA) Saclay-Îe-de-France, AVIZ, CNRS

    10h15 - Visualiser la dynamique de l’expérience vécue lors d’une activité entre situation locale et temps long : les pratiques dans le User eXperience et en ergonomie
    Julien Guiboudenche, société ErSyA (ergonomie des systèmes avancés) et Pascal Salembier, Université Technologique de Troyes, TechCICO, CNRS

    10h45 - Visualiser et interagir avec de grandes quantités de données
    Christophe Hurter, École nationale de l’aviation Civile-ENAC, Interactive Computing Laboratory-LII
     
  • SESSION 2 - Visualiser les suites de l’action
    Présidents de session : David Bihanic et Sophie Pittalis

    11h15 - Visualiser, modéliser et explorer des données spatio-temporelles en géographie 
    Arnaud Banos et Robin Cura (Géographie-Cités, CNRS)

    11h45 - Modéliser-visualiser les systèmes : aux limites du paradigme ‘entité-association’   
    Thomas Polacsek (Office National d’Études et de Recherches Aérospatiales-ONERA)

    12h15 - Prototyper rapidement des visualisations de données… sans données   
    Romain Vuillemot (École Centrale de Lyon, LIRIS, CNRS)

    12h45-13h15 - Discussion et synthèse de la matinée par les présidents de session
     
  • SESSION 3 - Visualiser l’agir d’autrui
    Présidents de session : Nicolas Thély et Nathalie Delbard

    14h30 - Analyser la production visuelle de sens à l’appui du dispositif « Ikonikaté »
    Mathias Blanc, Université de Lille, Musée Louvre-Lens, Institut de recherches historiques du Septentrion-IRHiS, CNRS

    15h - Concevoir de nouvelles formes de représentation de l’information énergétique : le cadre domestique
    Samuel Lacroix
    , EDF Design/R&D

    15h30 - Générer des cartographies par les pratiques de l’espace urbain
    Xavier Boissarie, société ORBE
     
  • SESSION 4 - Visualiser un ou plusieurs ‘actants’
    Présidents de session : Fatma Bouali, Pierre-Henri Cubaud et David Bihanic

    16h - Visualiser pour modéliser ou vice-versa ?  
    Pascal Frey
    , Université Pierre et Marie Curie-UPMC, Laboratoire ‘Jacques Louis Lions’, CNRS

    16h30 - Améliorer des processus d’annotation automatique de documents multimédia grâce à la visualisation
    Pierrick Bruneau, Luxembourg Institute of Science and Technology-LIST

    17h - Visualiser pour imaginer l’invisible biologique 
    Alessandra Carbone
    , Université Pierre et Marie Curie-UPMC, LCQB/BioGen, CNRS

    17h-17h30 - Discussion et conclusion de la journée par les membres du comité d’experts
     
  • 17h30 - Clôture de la journée
le 07/07 à 5:45
Événement - Les quinzièmes rencontres du réseau international de recherche en éducation et en formation (RÉF 2017)

Le Conservatoire national des arts et métiers, établissement de formation tout au long de la vie, accueillera les rencontres internationales du Réseau de recherche en éducation et en formation (RÉF) du mardi 4 juillet au jeudi 6 juillet 2017, au 292 rue Saint-Martin à Paris 3e.

Ces rencontres constituent un événement majeur et s’articulent autour de trois objectifs :

  • Mise en relation des chercheur.e.s, des praticien.ne.s et des décideur.se.s pour tisser et approfondir des liens entre le monde de l’éducation, de la formation initiale et de la formation continue ;
  • Mise en exergue de la diversité et complémentarité des recherches et des pratiques en éducation et en formation ;
  • Valorisation de la coopération internationale de ces domaines dans l’espace francophone.

Le RÉF contribue au développement d’un milieu scientifique international dans le domaine de l’éducation et de la formation. Le RÉF 2017 sera marqué par la prise en compte des profondes transformations de la société et des évolutions des pratiques éducatives et de formation. En particulier, au moment où la société numérique interroge les manières de faire et transforme les conceptions des acteur.rice.s, de nouveaux questionnements liés aux pratiques éducatives et formatives seront en jeu lors de ces rencontres.
 
 

Temps forts de ces rencontres

Puce catalogueLes symposia fermés se dérouleront les mardi 4 juillet et mercredi 5 juillet 2017
Puce catalogue
Un colloque autour de la thématique : "L’alternance, du monde de l’éducation et de la formation au monde du travail", ouvert au public, le jeudi 6 juillet 2017. Ce colloque sera l’occasion d’échanges entre les chercheur.e.s, les professionnel.le.s de l’éducation et de la formation, les acteur.rice.s du monde du travail et des entreprises.

En savoir plusLe programme des REF 2017

En savoir plusLe guide du participant


Comité organisateur du RÉF 2017 :

Anne Jorro, présidente du comité organisateur

  • Elsa Chachkine
  • Patrick Obertelli
  • Line Numa-Bocage
  • Pascal Roquet

avec l'appui de

le 06/07 à 5:45
conférence - L’économie de l’attrape-clics

En savoir plusEntrée libre

Avec Manon Grard-Manoukian, journaliste, Socialter
Maria Mercanti-Guérin, maître de conférences HDR en marketing digital
Maria-Cristiana Munthiu, enseignante-chercheure au Cnam : Les réactions digitales des consommateurs face au greenwashing
Richard Venturi, journaliste, France Stratégie

le 06/07 à 5:45
Réunion d'information collective - Renseignez-vous sur notre offre de formation

Les dates de nos réunions en 2017 :

  • Mercredi 5 juillet de 14h à 15h30 (Attention dernière réunion de l’année)
le 05/07 à 5:45
Découvrez nos ateliers gratuits - Les tutos de la form'pro

Les tutos de la form'pro sont des ateliers hebdomadaires gratuits organisés par le Cnam Paris. Chaque semaine, ces ateliers collectifs (maximum : 20 personnes) abordent un nouveau thème qui vous permet d'avancer dans votre parcours professionnel. Accompagné d'une conseillère formation, et en fonction du thème, vous pouvez venir découvrir notre offre, apprendre à rédiger votre CV...

Programme :

  • Lundi 3 juillet : Décider de se former

Inscrivez-vous pour le prochain atelier : 

le 03/07 à 5:45
Réunion d'information - Licence professionnelle parcours Métiers de la documentation audiovisuelle

Intitulé complet de cette formation

Licence professionnelle Métiers de l'information : Archives, médiation et patrimoine - parcours Métiers de la documentation audiovisuelle

Modalités de recrutement

  • titulaires d'un bac+2
  • ou validation des acquis via la VAP85

Grands domaines d’enseignements

  • Analyse, indexation et classement des ressources documentaires texte
  • Analyse, indexation et traitement des ressources audiovisuelles
  • Gestion d’une collection numérique : projets de numérisation et applications de Digital Asset Management
  • Rechercher, sélectionner, valider l'information
  • Rechercher et négocier des images et des sons
  • Conception de produits et services audiovisuels numériques
  • Commercialisation des images et gestion de la relation client

Métiers visés

  • Documentaliste audiovisuel
  • Vidéothécaire
  • Phonothécaire
  • Photothécaire
  • Iconographe
  • Archiviste audiovisuel
  • Gestionnaire d'archives audiovisuelles
  • Recherchiste
le 03/07 à 5:45
Semaine 26
RSS
Le Cnam a remis son premier prix des femmes entrepreneures

Trois porteuses d’un projet innovant, à fort potentiel de création d’emploi ou ayant créé leur structure en Île-de-France depuis moins de deux ans, ont été sélectionnées parmi une quarantaine de candidates en lice – une belle réussite pour une première édition !

Trois lauréates porteuses de projets au service de l'intérêt général

  • Marie-Sarah Adenis, cofondatrice et directrice de PILI, une entreprise de biotechnologies qui conçoit, produit et commercialise des colorants et des pigments naturels sans pétrochimie ni pesticides.
    Consultez son site : www.pili.bio
  • Irene Erdelmeier, fondatrice de Innoverda, qui cherche à développer une nouvelle technologie de production sélective et performante, utilisant des énergies renouvelables.
  •  Faustine Duriez, créatrice de Kiff, une application de reconnaissance collaborative permettant aux salarié·e·s de récompenser et révéler le savoir-être comme l’engagement de leurs collègues grâce à un système de « kiffs ».
    Consultez son site : www.cocoworker.com

Point remarquable, les trois lauréates ont été sélectionnées pour des projets qui s'inscrivent dans un même mouvement au service de la société, que cela soit à travers des actions en faveur du développement durable ou du mieux être au travail.

Toutes trois profiteront d’un accompagnement de leurs projets au sein de l’incubateur du Cnam pendant six mois. En tant que « coup de cœur » du jury, Marie-Sarah Adenis bénéficiera d’une place en résidence à l’incubateur du Cnam.

Les trois lauréates ont su convaincre un jury composé notamment Marie-Laure Sauty de Chalon, présidente-directrice générale du groupe Aufeminin, de Nathalie Delorme, responsable transfert de l’innovation chez BPI France, de Liliane Lim, administratrice de Femmes business angels, de Denis Delmas, président de l’incubateur du Cnam, et d’Éric Rebbifé, directeur général de Sanofi développement.

Dans un secteur où les femmes sont encore trop peu présentes, le prix des femmes entrepreneures vise à valoriser le dynamisme des créatrices d’entreprises et inciter les porteuses de projets innovants à lancer leur activité.
le 01/07 à 5:45
Palmarès - Prix des femmes entrepreneures : l’incubateur du Cnam récompense l’innovation au service du plus grand nombre

Et les trois lauréates sont :

  • « Coup de cœur du jury » : Marie-Sarah Adenis, co-fondatrice de Pili, dont le projet consiste en la fabrication de colorants non polluants, issus des biotechnologies, sans pétrochimie ni pesticides, et néanmoins compétitifs.
  • Irene Erdelmeier, fondatrice d’Innoverda qui s’appuie sur la chimie verte pour combiner l’écologie et l’économie et réduire la pollution occasionnée par la fabrication de médicaments.
  • Faustine Duriez, fondatrice de Cocoworker qui développe une plateforme ludique de remerciements entre collègues, dont l’unité est le «kiff», et propose ainsi un système facteur de reconnaissance et de motivation au travail.

Ces trois projets, proposant des applications issues de la chimie pour les deux premiers, et de l’informatique et le développement d’applications mobiles pour le troisième, ont en commun de chercher à apporter des solutions à des préoccupations de plus en plus prégnantes dans nos sociétés modernes: pollution, développement durable et bien-être au travail. Ainsi, il apparaît que le questionnement de départ ayant conduit à la mise en place de ces trois Start-up féminines soit largement basé sur une volonté de mettre l’innovation au service de l’amélioration des conditions de vie pour le plus grand nombre. Et dans l’ensemble, cette tendance a été observée par le jury dans la quarantaine de projets reçus en l’espace d’un mois.

Les lauréates ont reçu leurs prix des mains de Marie-Laure Sauty de Chalon, présidente-directrice générale du groupe Auféminin. Elles gagnent leur place au sein de l’incubateur du Cnam pour un accompagnement de leurs projets sur une durée de six mois. Le «coup de cœur du jury», bénéficie quant à lui d’une place en résidence au sein de l’incubateur.

Le jury était constitué de Marie-Laure Sauty de Chalon, de Nathalie Delorme, responsable transfert de l’innovation chez BPI France, de Liliane Lim de Femmes Business Angels, de Denis Delmas, président de l’incubateur du Cnam et d’Éric Rebbifé, directeur général de Sanofi développement.

le 01/07 à 5:45
Palmarès - Prix des femmes entrepreneurs : l’incubateur du Cnam récompense l’innovation au service du plus grand nombre

Et les trois lauréates sont :

  • « Coup de cœur du jury » : Marie-Sarah Adenis, co-fondatrice de Pili, dont le projet consiste en la fabrication de colorants non polluants, issus des biotechnologies, sans pétrochimie ni pesticides, et néanmoins compétitifs.
  • Irene Erdelmeier, fondatrice d’Innoverda qui s’appuie sur la chimie verte pour combiner l’écologie et l’économie et réduire la pollution occasionnée par la fabrication de médicaments.
  • Faustine Duriez, fondatrice de Cocoworker qui développe une plateforme ludique de remerciements entre collègues, dont l’unité est le «kiff», et propose ainsi un système facteur de reconnaissance et de motivation au travail.

Ces trois projets, proposant des applications issues de la chimie pour les deux premiers, et de l’informatique et le développement d’applications mobiles pour le troisième, ont en commun de chercher à apporter des solutions à des préoccupations de plus en plus prégnantes dans nos sociétés modernes: pollution, développement durable et bien-être au travail. Ainsi, il apparaît que le questionnement de départ ayant conduit à la mise en place de ces trois Start-up féminines soit largement basé sur une volonté de mettre l’innovation au service de l’amélioration des conditions de vie pour le plus grand nombre. Et dans l’ensemble, cette tendance a été observée par le jury dans la quarantaine de projets reçus en l’espace d’un mois.

Les lauréates ont reçu leurs prix des mains de Marie-Laure Sauty de Chalon, présidente-directrice générale du groupe Auféminin. Elles gagnent leur place au sein de l’incubateur du Cnam pour un accompagnement de leurs projets sur une durée de six mois. Le «coup de cœur du jury», bénéficie quant à lui d’une place en résidence au sein de l’incubateur.

Le jury était constitué de Marie-Laure Sauty de Chalon, de Nathalie Delorme, responsable transfert de l’innovation chez BPI France, de Liliane Lim de Femmes Business Angels, de Denis Delmas, président de l’incubateur du Cnam et d’Éric Rebbifé, directeur général de Sanofi développement.

le 30/06 à 5:45
Événement - La péniche-école du Cnam escorte la flamme olympique

Battant pavillon de l’Ingénierie supérieure de la navigation intérieure (Isni) rattachée au Cnam, la péniche école Le Cyclone était le seul bateau à escorter la flamme olympique, , à Rouen, prenant ainsi part à la vaste campagne de promotion pour l’organisation des Jeux olympiques à Paris en 2024.

Ainsi débuta la première édition de la fête du fleuve, organisée par Normandie en Seine, les 24 et 25 juin. Deux jours durant, Le Cyclone a participé à l’événement en accueillant à son bord le grand public. L’occasion d’en savoir plus sur les formations dispensées par cette école, hébergée à Elbeuf, et directement gérée par l’Institut national des transports internationaux et des ports (Itip).

Outre le certificat professionnel de responsable d’unité de transport fluvial, l’Institut propose une formation de technicien·ne supérieur·e en logistique et transport international à dominante fluviale. S’ils sont souvent méconnus en France, ses diplômes ont pourtant le vent en poupe : pour preuve, ses élèves bénéficient d’un taux d’embauche de 85% à leur sortie d’études.

À bord de la péniche école, les recrues de l’Isni apprennent tous les savoir-faire liés au métier de matelot : la conduite et l’amarrage, l’art des nœuds marins (le matelotage), l’entretien d’une péniche et des cours de mécanique.

le 29/06 à 5:45